Prologue

 

Informations :

Une liste des trigger warnings est disponible ici.

Si vous avez des difficultés à lire l’image, passez votre souris dessus pour lire le texte en clair.

Le pluriel neutre est féminin.

 

Nemo marche le long du fleuve.

Il n’est encore bordé que d’herbes folles, et sur la berge opposée, c’est une plaine qui s’échoue jusqu’à l’horizon. Le courant charrie quelques poissons invisibles, des entrelacs de brindilles et déjà beaucoup de boue. Jusqu’aux extrêmes limites du regard, ce n’est qu’une prairie grise où le fleuve serpente comme une longue plaie.

Nemo frôle de sa main le sommet des herbes. Elle clôt son regard pour mieux apprécier la gifle du vent sur son visage. Le vent disperse les bruits et les odeurs.

Soudain, elle éprouve la peur de voir réapparaître la ville lorsqu’elle ouvrira les yeux. Que la plaine aura disparu, remplacée par les quais, et qu’en se tournant, en lieu d’horizon il n’y aura plus que la foule angoissante des maisons.

Mais le vent ne cesse pas de souffler. Un sourire dégage son visage.

 

Quand la nuit se laisse enfin tomber sur la plaine, et que les étoiles viennent piqueter le ciel de leurs manières scintillantes, le vent diminue d’intensité. Nemo continue à marcher, sans se presser ; elle sait qu’au bout de la blessure, elle trouvera la ville.

 

prologue

La nuit durant, elle se perd du côté du fleuve. Elle se perd dans les herbes hautes et dans la boue des berges, elle se perd dans l’obscurité qui enveloppe le monde, et dans la nuit grouillante de songes.

Elle s’immerge dans les eaux. Immobile sous la surface, elle y demeure jusqu’à ce que ses pensées s’entendent, et que sa respiration s’apaise. Cela dure un temps si long que la boue en suspension forme autour d’elle un nid de silence.

Lorsqu’elle sort de l’eau, elle voit au loin la ville et ses lumières, et se remet en marche.

Petit à petit la plaine cède au bitume. La terre se retire comme à regret, mue abandonnée par le monstre qui s’arrache du paysage, et dont la gueule de cheminées se dresse déjà au-dessus du monde. Elles crachent le brouillard noir qui enveloppe la ville. Bientôt les herbes ne sont plus qu’un souvenir, les quais s’élèvent depuis les berges du fleuve et ses eaux exhalent à nouveau leur souffle glauque. Les maisons se resserrent jusqu’à se marcher dessus comme des bêtes pataudes, et Nemo voit réapparaître les bateaux et les roulottes, les voleurs et les prostituées, les marins et les marchandes de fleurs. La foire aux corps étale ses chairs et ses cris. La ville reprend ses droits sur le rêve. Le vent ne souffle plus.

 

Photographie

Lola Rossi

Manipulation

Zoé Grin

 

Chapitre 1 : Après le rêve >

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s