Remerciements

 

A vous tou·tes : merci infiniment.

 

Raquel de Miranda évidemment. Pour l’accompagnement tout au long de l’histoire et les illustrations de la première heure, les bêtises de jour comme de nuit, pour la mer, les critiques et les encouragements, le crossover qui n’existe pas encore entre Nemo et Schlee, pour les conseils marketing, les mails improbables, Bob, les tisanes, et enfin beaucoup trop de choses.

François Planeix pour tout l’amour du monde, pour les critiques et le soutien, pour la relecture patiente phrase par phrase et mot par mot, pour les surprises, pour Paris la nuit, pour un peu tout et aussi pour les crises existentielles.

Lola Rossi pour le soutien de plusieurs années, les photos, les conversations interminables, les mots toujours justes, l’amour et le reste.

Florence Rivières pour avoir demandé la suite et un peu plus, pour les jolis mots, les cicatrices, les histoires et le thé bien sûr.

 

Les lecteurs et lectrices qui m’ont fait des retours au long des six années, les membres de mon premier impitoyable comité de relecture ainsi que de son successeur : Franck Menigoz, Antoine Rouaud, François Planeix, Florence Rivières, Neckhaos, Viktor Milletic, @now@n, Charlotte Poncin, Raquel de Miranda, Camille Hué, Van Vermillyon, Loïc Galand, Lucas Monjo, Aquatikelfik, Lola Rossi, Pierre-François di Piazza.

 

Les personnes qui m’ont prêté de près ou de loin leurs images et leur talent : Raquel de Miranda, Van Vermillyon, Lola Rossi, Joana Boulay, Lou Parisot, Clémentine Sergeant.

 

Les personnes qui m’ont aidée à l’insu de leur plein gré par des conseils, des cours, des références, des livres : Dobbs, Viktor Milletic, Olivier Vatine, Vincent Mazéas.

 

Ces autres personnes qui me font confiance invraisemblablement, qui m’ont encouragée et soutenue parfois sans connaître même le texte ou l’histoire : Cécile Cazes, Robin Loisel, Benoît Leloup, Clara Martinez, Amélie Gavard.

 

Toutes celles et ceux qui ont lu, commenté, partagé, qui ont liké la page Facebook ou follow le compte Twitter, qui sont venu·es spontanément me dire qu’elles lisaient mon roman, qui m’ont promis qu’elles commenceraient à la fin, qui se sont enthousiasmé·es juste parce que c’était moi, qui m’en ont parlé au détour d’un thé ou d’un couloir.

 

Enfin, Neil Gaiman et Dave McKean. Qui d’autre.